Quelles sont les conséquences les plus fréquentes ?

Les troubles musculo–squelettiques (TMS) sont les principales pathologies que l’on retrouve dans le secteur des services à la personne. Elles regroupent des affections touchant les structures situées à la périphérie des articulations : muscles, tendons, nerfs, ligaments, capsules articulaires, vaisseaux…
Les parties du corps les plus fréquemment atteintes sont : le dos, les membres supérieurs (épaule, coude, poignet), plus rarement les membres inférieurs (genoux). Certes les TMS ont des causes multiples, mais l’activité professionnelle joue fréquemment un rôle dans leur survenue, leur maintien ou leur aggravation.
Les affections les plus fréquentes sont les lombalgies, les cervicalgies, les douleurs articulaires, les tendinites (de la coiffe des rotateurs à l’épaule, épicondylite…) et le syndrome du canal carpien.

Les chutes conduisent dans 5% des cas à des blessures sérieuses une hospitalisation. La partie ayant heurté le sol peut présenter une fracture, une chute de hauteur peut entraîner un traumatisme de la colonne vertébrale ou un traumatisme crânien.
Ces accidents sont souvent perçus comme bénins. Ils peuvent en réalité occasionner des lésions très graves allant jusqu’à des incapacités permanentes, voire des décès.
La gravité des lésions dépend des circonstances de survenue de l’accident. Ces lésions peuvent résulter d’un contact brutal avec le sol. En cas de perte d’équilibre, la victime peut également tomber sur un objet dangereux ou encore chercher à se rattraper au support le plus proche. Les conséquences dépendront alors de l’environnement de travail du salarié et particulièrement de la présence ou non d’éléments agressifs susceptibles de provoquer des lésions (entorses, contusions, plaies, fracture…).

Les risques liés aux produits ménagers sont ceux des produits utilisés : dégraissants, détergents, désinfectants, agents de blanchiment (eau de Javel), solvants.
Ces produits peuvent provoquer des allergiques, des brûlures cutanées et oculaires (projection).
Le mélange de produits de nettoyage avec des agents chimiques incompatibles présents dans l’entreprise peut être à l’origine d’accidents : réactions exothermiques (explosions) ou dégagements de nuages toxiques en cas de mélanges de produits acides et alcalins (acide chlorhydrique et soude par exemple).

La fatigue psychologique peut parfois aller jusqu’à l’épuisement nerveux et la dépression, est la conséquence de l’excès de tous ces facteurs stressants qui se cumulent à la longue, entraînant de nombreuses conséquences psychosomatiques : perturbations du sommeil, crises d’angoisse, troubles gastro-intestinaux (ulcères…), troubles du comportement et alimentaires (boulimie), maladies cardio-vasculaires, troubles hormonaux.

Les taux d’accident de travail du secteur

Le secteur des soins et des services à la personne est intégré dans la branche « Intérim et action sociale » qui concentre le plus grand nombre d’accident de travail (données CNAM 2019).
Il est difficile d’en extraire une visibilité objective pour notre secteur d’activité même si nous sommes conscients que la sinistralité y est importante par la nature des activités physiquement contraignantes.