Origine et prévention de la sciatique au travail

La sciatique est une pathologie représentative du manque de prévention des risques professionnels, en particulier dans le secteur des aidants professionnels à domicile, tels que les auxiliaires de vie, ou encore tous les travailleurs qui interviennent auprès des personnes en situation de faiblesse. C’est une pathologie, tout comme la tendinite, qui découle de ports de charges, de manipulations répétées, donc de mauvais positionnements, mais également du manque de matériel, ou de situation de sous-effectifs. Il est donc impératif de cerner avec acuité les risques professionnels qui découlent de ces comportements à risques, souvent effectués de manière inconsciente, où nécessité fait loi.

Qu’est-ce qu’une sciatique ?

La sciatique est le nom commun pour désigner un choc au nerf sciatique, qui sort de la colonne vertébrale au niveau des lombaires et parcourt toute la jambe jusque dans le gros orteil. Le port de charges lourdes dans de mauvaises positions engendre un tassement de la région lombaire qui se solde par le pincement du nerf sciatique. Cette pathologie est si répandue dans le monde du travail qu’elle illustre bien l’importance de la prévention. Car si les origines sont clairement établies, le monde médical, ainsi que les acteurs de la santé au travail savent qu’une crise de sciatique, mais également les lombalgies, sont les conséquences de comportements à risques, bien souvent involontaires.

Cela peut être un processus assez long avec des conséquences qui restent muettes pendant plusieurs mois. Lorsque la douleur arrive, il est bien souvent trop tard. L’immobilisation est inévitable, avec toutes les conséquences physiques, économiques et logistiques que cela engendre.

La prévention de la sciatique : un engagement commun

Afin de prévenir cette pathologie, une prévention efficace doit s’articuler autour de deux axes. Le premier axe de travail est l’information et la formation. La manipulation de personnes en difficulté, les ports de charges lourdes, ou légères, mais de manière répétée doivent être décomposés afin d’enseigner à tous les travailleurs comment continuer à travailler en se préservant. C’est en faisant comprendre les enjeux de la sécurité au travail par l’étude des mouvements à risques qu’il sera possible d’éviter les accidents et maladies du travail. Le second axe est la prévention sur le lieu de travail, avec l’intervention de la médecine du travail, afin de fournir aux employeurs ou travailleurs à domicile le matériel nécessaire afin de prévenir les pathologies lourdes telles que la sciatique.

Les troubles musculo-squelettiques comme la sciatique ou le syndrome du canal carpien par exemple sont les pathologies dont la maîtrise dépend en grande partie de la prévention. Les enjeux de la sécurité au travail doivent être la priorité dans le projet de la diminution de ces troubles toujours plus d’actualité.