Le syndrome du canal carpien, origines et prévention

Les douleurs et les incapacités passagères engendrées par le syndrome du canal carpien sont légion dans le monde du travail. Cette pathologie est excessivement répandue, surtout parmi les femmes, qui sont majoritairement éloignées des postes très physiques, mais qui exécutent très souvent de tâches répétitives avec leurs mains, d’où la prévalence de cette pathologie dans le secteur des services à la personne, comme les aides à domicile par exemple, ou encore les assistantes maternelles.

Qu’est-ce que le syndrome du canal carpien ?

Le canal carpien est un canal localisé sur la face interne du poignet. À l’avant, il est limité par le ligament annulaire. Ce canal abrite les tendons des muscles fléchisseurs des doigts et le nerf médian. C’est donc un point de rencontre entre des tendons et un nerf. Le syndrome du canal carpien est la pathologie qui découle de l’inflammation de ces tendons, inflammation qui rétrécit ce canal et compresse par conséquent le nerf médian. Les symptômes sont des fourmillements intenses, une perte de sensation au pouce, index et majeur, une disparition de la tonicité de la main due à une douleur intense. Cette pathologie est la suite des mouvements à répétition et d’une trop grande sollicitation de l’articulation du poignet et de la main en général. C’est l’un des nombreux troubles musculo-squelettiques, comme la lombalgie ou la sciatique, mais celui-ci pourrait totalement disparaître avec une meilleure prévention dans le secteur professionnel.

Le syndrome du canal carpien : la prévention comme vraie solution

Cette pathologie pourrait être l’étendard de la prévention des risques professionnels et de la sécurité au travail. Effectivement, il n’existe pas ou peu de raisons autres que les tâches répétitives ou les mauvaises manipulations comme origines de cette douleur. Les enjeux de la sécurité au travail sont parfaitement illustrés par ce syndrome. Car une information claire, et des formations ciblées peuvent agir de concert pour soutenir la prévention des risques, éviter les accidents et maladies du travail comme les tendinites, et assurer à chaque employé les conditions idéales pour préserver sa santé.

Chaque poste et chaque tâche peut engendrer des blessures et des atteintes corporelles plus ou moins graves. L’employé et l’employeur peuvent se faire aider et demander des études de postes, et des solutions en cas de blessures chroniques. Dans le cas du syndrome du canal carpien, des aménagements ergonomiques, ainsi que la mise à disposition d’attelles peuvent aider à la prévention de cette pathologie.

Une formation continue sur les troubles musculo-squelettiques et les solutions possibles au sein de l’entreprise, mais également dans la sphère privée ne peut plus être une alternative, mais bien une priorité de santé publique.