La prévention du trouble musculo-squelettique : la tendinite

La tendinite est une pathologie complexe, et très récurrente dans le monde du travail. Bien que touchant énormément de secteurs, elle est particulièrement présente chez les aidants professionnels, familiaux et tous les travailleurs qui interviennent auprès des personnes en situation de faiblesse (personnes âgées ou handicapées). La prévention est devenue une priorité dans la gestion de cette pathologie, mais également pour la sciatique, ou encore les lombalgies chroniques.

Qu’est-ce que la tendinite ?

Peu importe l’articulation souffrante, une tendinite survient lorsque le tendon est soumis à des efforts modérés ou excessifs, répétés, et effectués soudainement, sans échauffement. C’est donc le cas de tous les gestes effectués par les travailleurs, qui évidemment n’incluent pas l’échauffement dans leurs comportements quotidiens. C’est un trouble musculo-squelettique, c’est-à-dire une pathologie qui découle d’une utilisation excessive et inappropriée de l’appareil moteur. La tendinite, ou tendinopathie, comme le syndrome du canal carpien, est la conséquence d’une répétition de gestes découlant de l’activité professionnelle. Une action de prévention des risques professionnels semble être l’unique solution à la récurrence de cette pathologie dans le monde du travail des aidants.

Étude et prévention des comportements à risques

De la prise en considération des enjeux de la sécurité au travail découle des actions de prévention. Ces actions ciblent en priorité les troubles musculo-squelettiques, et donc la tendinite. Cette pathologie peut être évitée par la mise en œuvre de deux axes de travail. L’information à propos de cette pathologie et la formation des aidants professionnels, familiaux, assistantes maternelles constituent le premier axe.

L’étude des gestes, et la mise en lumière sur les conséquences que ces gestes infligent aux articulations doivent être les piliers d’une formation pour la prévention des accidents du travail. Préserver sa santé doit devenir un module prioritaire dans la formation continue des travailleurs.

Le second axe qui doit constituer un rempart contre les risques de maladies professionnelles, et alimenter le sentiment de priorité que devrait être la sécurité au travail, c’est le conseil auprès des employeurs que la médecine du travail se doit de divulguer avec ardeur. L’enjeu est de mieux protéger les travailleurs et lutter efficacement contre les risques et les pathologies qui en découlent.

Chaque douleur ressentie par un travailleur est la conséquence de gestes effectués par nécessité, et une prévention accrue et réfléchie peut aider à éviter ces douleurs qui ne devraient plus exister de nos jours. La prévention doit être la priorité des employés qui peuvent exiger des études de poste, et des employeurs qui doivent contribuer à améliorer la sécurité au sein de leur entreprise.