L’ostéoporose

Avec l’allongement de l’espérance de vie, l’ostéoporose, qui fragilise les os et augmente fortement le risque de fracture, représente un véritable problème de santé publique. En France, on estime qu’entre 2,5 et 3,5 millions de femmes souffrent d’une ostéoporose post-ménopausique. Pourtant, en se constituant un bon capital osseux, il est possible de prévenir l’ostéoporose.

Plus de 150 000 fractures (vertébrales, col du fémur, poignet) sont directement liées à l’ostéoporose. Même si cette maladie touche essentiellement les femmes de plus de 65 ans, c’est dès l’enfance, au cours de l’adolescence et tout au long de la jeune vie active qu’il faut intégrer 3 principes de prévention.

Avoir une alimentation qui contient suffisamment de calcium permet de combler les besoins du corps sans qu’il ait à puiser dans ses réserves, c’est-à-dire les os. Vous obtiendrez un apport suffisant en calcium en mangeant régulièrement des produits laitiers, du saumon, de la sardine, des légumes vert foncé (épinards, brocoli…), sans oublier les fruits secs.

La vitamine D est vitale pour la santé des os. Elle améliore l’absorption du calcium dans l’intestin et participe à la fixation de ce minéral dans les os. Sa forme active est synthétisée dans la peau lorsque celle-ci est exposée aux rayons ultraviolets du soleil (10 minutes par jour suffisent à fixer la vitamine D).

On trouve peu de vitamine D dans les aliments sous sa forme active, hormis dans les poissons (sardine, maquereau, hareng, saumon, etc.) et le lait de vache. C’est pourquoi, certains aliments comme les margarines ou les céréales sont enrichis en vitamine D.

Les études montrent que l’exercice physique permet de se constituer un squelette plus résistant et de faire des réserves de masse osseuse. Il est recommandé de pratiquer 30 minutes d’activité physique au moins 3 fois par semaine. Ce qui importe le plus n’est pas la durée des séances, mais leur fréquence.

La course à pied, les sauts, le tennis et les sports d’équipe forcent le corps à soutenir le poids de l’ensemble de tout le corps. Ils ont un effet de gravité sur le squelette, bénéfique pour les os.
Les activités au cours desquelles le poids corporel est supporté (vélo, natation…), excellentes pour la santé cardiorespiratoire et la masse musculaire, n’ont pas d’effet réel sur la masse osseuse.

Les exercices qui consistent à déplacer des objets ou son propre corps de sorte à produire une résistance (appareils de musculation) sont bénéfiques. Vous obtiendrez les mêmes résultats en exécutant des travaux, quotidiens, comme les tâches ménagères ou le jardinage.