La maladie d’Alzheimer

Depuis sa découverte en 1906, la maladie d’Alzheimer continue de défier la recherche, qui reste confrontée à un enjeu de taille : identifier les causes de la maladie. Seuls 30% des cas de maladie d’Alzheimer sont imputables à nos modes de vie modernes et sédentaires, et donc potentiellement évitables. Mais là encore, la recherche avance…

Boire régulièrement du café, du vin, augmenter sa consommation de vitamine B, d’oméga-3, de poisson, faire des sudokus, des mots croisés, des mots fléchés… Ces comportements permettraient, selon certains, d’éviter la maladie d’Alzheimer. Mais qu’en est-il réellement ?

Différentes études ont été menées sur les impacts d’une certaine alimentation dans le cadre de la prévention de la maladie d’Alzheimer. Plusieurs observations ont notamment été faites concernant le régime méditerranéen qui privilégie la consommation de poissons, de fruits, de légumes et d’huile d’olive. On a constaté chez des sujets qui consomment du poisson deux ou trois fois par semaine une diminution du risque du déclin des fonctions cognitives. Ces pistes de prévention restent à confirmer.

Dans le cadre de la prévention, deux grands facteurs de protection dominent :

Développer l’activité cérébrale car plus on développe ses réseaux neuronaux, plus l’apparition de symptômes serait retardée.
La prévention des lésions vasculaires, par le contrôle de la glycémie, de l’hypertension artérielle et du cholestérol.

Les travaux de recherche ont permis d’identifier les facteurs qui influent le plus la maladie : le niveau d’éducation, le diabète, la consommation de fruits et légumes et la part génétique.

Mais il est prématuré d’annoncer la causalité de chaque facteur qui doit encore être démontrée par des essais épidémiologiques et cliniques. Si des travaux sont en cours, il faudra sans doute plusieurs années avant de pouvoir proposer une prévention plus individualisée avec des recommandations spécifiques.

A ce jour, la maladie ne peut être prévenue scientifiquement et médicalement, mais il est possible d’améliorer son accompagnement. Car prévenir n’est pas seulement éviter l’apparition de la maladie, ni guérir de la maladie mais c’est aussi agir sur la qualité de vie de la personne malade et la qualité de vie de ses aidants familiaux.

Depuis 2010, le Groupe IRCEM soutient les actions de prévention de l’association France Alzheimer sur l’accompagnement de la maladie d’Alzheimer : isolement social, épuisement de l’aidant, incompréhension de l’entourage, situation de maltraitance, repli sur soi…